Adieu Prospérine, l’enterrement de mémé…

On 16 juillet 2012 by Cybre

Oui, elle s’appelait Prospérine, née le 12/12/12, on pourrait écrire un livre rien que sur la raison d’un tel prénom.!
Mais ce n’est pas mon propos.
Aujourd’hui, j’ai envie de ne retenir que deux souvenirs. Entre les deux, peu de point commun sauf peut être qu’a l’époque du premier, je commençais à penser donc à être et qu’au moment du second elle commençait à moins penser et donc à moins être.

Pour le premier la date n’a que peu d’importance, ni le lieu d’ailleurs !
Par définition une grand mère est un être hors du temps, elle ne vieillit pas puisque déjà vieille et n’a aucun point commun avec ces petits enfants puisque trop de génération les séparent. Sauf que justement, avec ma grand mère on avait un point commun, un point commun inconnu jusqu’à ce moment. Un point commun que je ne pouvais soupçonné partager un jour avec mère grand… C’était une buveuse de bière ! Normale pour une ch’ti, mais anormale pour une grand mère !
C’est donc à l’âge de 16 ans que j’ai bu ma première bière en tête à tête avec grand mère.
Ce fut ma première bière officiel en famille, dans un bistrot, sur une terrasse à l’abri d’un arbre, un été. Un moment qui s’est cramponné à mon cerveau. Le fait de réaliser que grand mère était un être normale était assez déstabilisant. J’avais l’impression d’appartenir enfin à son monde et pour toujours.
J’adore me souvenir de ce moment, de cette bière avec ma grand mère et moi, de cette photo de bon vivant.

Le second souvenir est tout autre mais pas moins gai !
Il faut savoir que mon deuxième point commun avec grand mère est le jeu. Nous sommes très joueurs ! Il y a donc quelques années de ça, on faisait une partie de rikiki à trois : grand-mère, maman et moi. Le but du jeu est simple : il faut annoncer à l’ avance le nombre de pli qu’on devra réaliser par la suite.
Grand mère avait un peu de mal à retenir l’atout. On le lui notait en prenant une carte d’un autre paquet correspondant à la couleur de l’atout.!
Pendant les parties, Je coupais régulièrement avec une carte autre que l’atout… Tout en annonçant le fameux :  » Je coupe ! ».
J’adorais le regard incrédule de grand mère a ce moment. Ces yeux bleus qui me scrutaient pour savoir si c’était du lard ou du cochon. Elle cherchait l’indice qui la remettrait sur les rails. Quand elle le trouvait, c’était le bonheur. Elle me jetait la carte à la figure en disant : « toi, t’es un foutu de gens ! ». Je souriais en reprenant ma carte, fier que ma grand mère m’est débusqué. II y avait la dedans un sentiment fort. Heureux que cette grand mère soit ma grand-mère. Elle était bien vivante.

2 Responses to “Adieu Prospérine, l’enterrement de mémé…”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

  • Ce que vous dites :

  • septembre 2017
    L M M J V S D
    « Oct    
     123
    45678910
    11121314151617
    18192021222324
    252627282930  
  • Catégories